jeudi 22 février 2018

COMMENT J'AI DÉCOMPLEXÉ DE L'APPLICATION DU MASCARA

Savez-vous appliquer votre mascara sans en mettre systématiquement un peu sur la paupière supérieure ?

OUI 👉 Bravo, vous avez toute ma considération et vous pouvez zapper la lecture de cet article.
NON 👉 Rassurez-vous, vous n'êtes pas plus maladroite qu'une autre, ni même plus qu'une autre dont c'est le métier. Lisez plutôt la suite...

Crédit photo : Patrice Lariven pour Dermablend

J'ai rencontré Malka Braun, makeup artist, à différentes reprises dans le cadre de mes activités bloguesques. C'est elle notamment qui avait maquillé mes lecteurs lors de la Dermablend Party il y a quelques mois (en photo juste au-dessus), mais je l'ai aussi croisée ailleurs, comme chez Pierre Fabre, car elle est indépendante. Elle bosse aussi sur les plateaux de télévision, films et défilés. C'est par exemple souvent elle qui est derrière le maquillage des Enfoirés ou de The Voice.

Malka a une incroyable frange de cils dense et noire, c'est un peu sa marque de fabrique. Malka passe son temps à mascarer des femmes. Et pourtant... Malka fait quasi systématiquement des bavures sur la paupière supérieure !

Comme nous.

C'est donc tout à fait NOR-MAL. 😮

C’est même parfois impossible de faire autrement !

Quand elle m'a dit ça, j'ai eu l’impression que la petite fille maladroite de 5 ans en moi s'envolait. Si même la plus pro des pros se met du mascara sur les paupières... 😅

Alors évidement, il y a quand même des techniques pour limiter la tache. Et afficher des cils de rêve.

Voici les conseils d'application de Malka pour une frange de cils de biche.

1. Recourbez les cils à l'aide d'un recourbe-cils pour agrandir et rafraîchir le regard.

2. Appliquez votre mascara AVANT les fards à paupières et le fond de teint car personne n'est à l'abri d'en déposer accidentellement sur la paupière ou sous l'œil (= l'objet de cet article 😬). 
Déposez une première couche de mascara. Une seule. Si vous tentez une deuxième couche dans la foulée, c'est là que vous risquez de faire des paquets ou d'en appliquer à côté. Si l'accident arrive quand même, déculpabilisez, attendez un peu que la matière sèche et éliminez-la avec un coton-tige. 
Posez toujours la matière par-dessous les cils, de la racine vers le haut, et jamais vers les extérieurs. 
L'objectif de cette première couche est de créer un FIN apprêt pour que la seconde couche adhère mieux.
Vous pouvez le faire avec un vieux mascara pour lequel il ne reste que peu de matière, il accrochera mieux aux cils.

3. ATTENDEZ quelques minutes que le mascara sèche : coiffez-vous, habillez-vous, prenez un thé...

4. Appliquez la seconde couche de mascara et étirez-la vers le haut. Vous pouvez utiliser une brosse un peu courbée pour un effet encore plus "waouh".

5. Nettoyez les accidents de mascara éventuels et passez au reste du maquillage.

6. Vous êtes parfaite.

😘

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 20 février 2018

GREENWASHING COSMÉTIQUE : OÙ EN EST-ON EN 2018 ?

Avant-propos : cet article est truffé de liens vers de précédents articles, parfois assez anciens (2009 !), que je vous invite à (re)lire (👉 en gras dans le texte).
  

Il y a quelques années, je râlais pas mal sur le greenwashing des marques de beauté. Dès l'ouverture de ce blog en fait, en 2009.

Il y avait Yves Rocher, qui fût le premier à s'en prendre plein la tronche, pour tout le monde, suite à un reportage d'Envoyé Spécial en 2005 (reportage qui, parallèlement à la montée en puissance du Bio, fût clairement à l'origine de plus de transparence et de recherche de naturalité dans la profession). L'enseigne a finalement bien réagi car ils sont beaucoup plus green depuis plusieurs années déjà (pas qu'au niveau des formules, au niveau des emballages, des modes de productions etc...).

Il y avait Le Petit Marseillais, qui n'a par contre pas vraiment été boudé par le public à l'époque et qui pourtant greenwashait à mort avec des publicités fleurant bon la Nature contre la méchante Chimie Industrielle alors que ses formules n'avaient rien de très green (à part l'eau, qui représente 80-90% des compositions de shampooings et de gels-douche).

Il y avait Garnier... Qui reste me semble-t-il l'un des plus mauvais élèves français encore aujourd'hui (positionnement de marque ultra-green, produits +/- green et parfois pas du tout) alors que d'une manière générale le Groupe L'Oréal auquel appartient la marque est assez réglo là-dessus (la plupart de leurs marques n'insinuent pas une "naturalité" des produits quand ceux-ci sont plutôt synthétiques, seulement quand c'est vrai - guettez par exemple la nouvelle gamme Hydralia Thermal de Vichy formulée à 97% d'ingrédients naturels, elle sort en avril 2018 je crois).

Mais globalement, en France, VRAIMENT, on a fait des progrès. Même si ce n’est pas toujours parfait (encore pas mal d'abus de mentions "sans" par exemple, mais ça y est, c'est interdit dans les guidelines européennes des allégations possibles donc on devrait en voir de moins en moins). D'une manière générale, et pas toujours de manière affichée, les entreprises cosmétiques françaises ont bien avancé dans le développement durable.

Et puis il y a les marques étrangères (attention je m'apprête à faire des généralités chauvinistes "La France contre le reste du Monde" peu nuancées, vous êtes prévenus, mes propos seront à pondérer 😀).

Il y a par exemple l'israélienne Moroccanoil, dont la cultissime huile pour cheveux "infusée aux huiles" (sous-entendues végétales) est en réalité un mélange de silicones avec environ 0,2% d'huile d'argan selon mon estimation vue sa place dans la liste INCI (j'ai encore bouilli intérieurement quand j'ai vu passer récemment moult revues dithyrambiques sur ce produit "naturel" chez des influenceuses françaises qui tomberaient peut-être de leur chaise si elles savaient - ou alors qui savent mais bon, il faut bien payer le loyer) (ce qui n'enlève rien à l'efficacité réelle du produit, les silicones ça lisse parfaitement la fibre capillaire).

Il y a l’américain Timotei, aux publicités la-nature-est-merveilleuse alors que leurs formules ressemblent à du Fructis millésime 1994.

Ou le fameux Miracle Moist de l'australien Aussie, un après-shampooing "à l'huile de macadamia" alors que la formule est over-synthétique (jetez un oeil ici, c'est difficile de faire moins naturel) et que l'huile de macadamia arrive après le limonène, un allergène issu du parfum qui doit être à une concentration comprise entre 0,01 et 0,1% à tout casser. Oui, vous avez bien lu.

Et puis - et c'est pour cela que j'avais envie de parler greenwashing aujourd'hui, il y a ces représentants de marques nord-américaines que j'ai croisés il y a quelques jours en journée presse, pas des français mais des américains et des canadiens en anglais/québécois dans le texte (j'avoue que j'ai eu plus de mal à comprendre le français québécois que l'anglais 😅), qui vous vantent leurs produits cosmétiques à grands renforts de :

"c'est sans nasties", 
"c'est green", 
"clean", 
"sans parabènes / PEG / alcool / colorant artificiel / blahblahblah", 
"à base d'huile essentielle de chose, d'extrait végétal de bidule",

et quand vous retournez l'étui pour voir la formule........ 

Il n'y a pas de parabène mais il y a des silicones. 
Il n'y a pas de silicones mais il y a des huiles pétrochimiques. 
Il y a des extraits végétaux mais noyés à dose homéopathique dans du synthétique sans aucun intérêt thérapeutique (précédent Morocconoil / Aussie / Fructis Yves Rocher 90's)
Il est écrit "à base d'un ingrédient autobronzant 100% naturel" en argument principal sur l'étui alors que les 2 seuls ingrédients autobronzants existant aujourd'hui sur le marché sont de la DHA et de l'erythrulose, des substances qui malgré leurs noms barbares ne sont que de simples sucres parfaitement naturels (en fait leurs autobronzants ont de la DHA comme tout le monde, quoi 😑).

Pire : j'ai entendu plusieurs fois ces dernières années "c'est sans silicone" alors que je n'avais rien demandé et le premier ingrédient de la liste était.. un silicone. Je vous jure que c'est vrai. Je m'empressais alors bien de mettre le doigt sur la liste d'ingrédients et la réponse était toujours la même : "Aaaah ? Mais... euh...  c'est ce qu'on m'a dit pourtant". "On" a bon dos. Parfois je sentais que la personne n'en avait effectivement aucune idée et répétait ce qu'on lui avait dit en toute confiance (cette détresse dans le regard en apprenant la réalité...), parfois c’était plutôt une tentative d'Actors Studio mais n'est pas comédien qui veut.

Ces représentants nord-américains font un greenwashing que leurs équivalents français n'oseraient plus faire aujourd'hui. Car les français savent que les français parlent aux français sont de plus en plus informés et critiques à ce sujet. Encore plus quand il s'agit de journalistes et influenceuses (enfin, d'influenceuses "à contenu", on se comprend). Un petit peu de greenwashing par des français, bon, ça passe, et même moi je suis tolérante et je ne le relève pas, mais là nos copains américains/canadiens/israéliens/australiens ils sont les rois du monde je vous jure. On n'est plus dans de l'enrobage marketing mais du gros mensonge, parfois même répréhensible par la loi.

EN 2018.

Je le vois aussi dans mon boulot. 

Par exemple quand une marque américaine affirme sur son site US une démarche "respectueuse de la Nature" parce qu'ils ne testent pas sur animaux, qu'ils limitent les emballages et écosourcent 3 ingrédients. Mais que la plupart de leurs formules, très "clean" niveau tolérance cutanée et efficacité au demeurant, n'ont rien de très naturel. Un respect de l’environnement impossible à "claimer" en France, même si de réels efforts sont faits, car ici ce serait tendre le bâton pour se faire battre. Ça fait d'ailleurs partie de mon rôle de consultante : adapter les allégations et moyens de communication à la réglementation mais aussi à la culture française.

Ou quand un distributeur US d'une marque me dit "ah mais tel produit de telle marque il est plus naturel que le nôtre, c'est pour cela que tout le monde en parle et qu'il se vend mieux" alors que pas du tout, ce produit est bourré de pétrochimie et que le nôtre il est déjà à 97% d'origine naturelle mais voilà, le nôtre il n'a pas de petite illustration florale et de mention "naturel". 

Et c'est pareil en Asie. En tous cas en Corée, en Chine, en Inde, au Vietnam... Bon, probablement toute l'Asie. 

Et en Afrique. Et là c'est encore pire car on peut leur vendre de vraies cochonneries véritablement dangereuses pour la santé (par contre vous, vous ne mourrez pas d'application cutanée d'un peu de silicone, d'alcool ou de parabènes, rassurez-vous).

Bref. Je me disperse, encore une fois. J'espère que je n'ai pas été trop confuse. Et que je n'ai pas fait trop de généralités (il y a aussi des marques qui ne font pas de greenwashing aux Etats-Unis, bien sûr 😚).

A retenir, donc : on progresse en France et +/- en Europe selon les pays, mais ce n'est pas encore gagné dans la grande majorité du reste du monde.

A suivre...

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 19 février 2018

QUOI DE NEUF CHEZ SEPHORA POUR LE PRINTEMPS 2018 ?

La semaine dernière avait lieu la JPO (journée presse portes ouvertes) printemps 2018 de Sephora, pendant laquelle toutes les nouveautés exclusives ou en avant-première pour les 3 mois à venir étaient présentées.

A cette occasion, j'ai fait une petite Instastory, mais elle n'était visible que 24 heures (c’est le jeu, ma pauvre Lucette) et uniquement par celles et ceux qui me suivent ici (comment ça, tu ne me suis pas sur Instagram ? Je poste pas mal de news beauté en story dont je ne parlerai pas forcément sur le blog, tu rates des choses moi je te dis) (et puis de temps en temps je m'insurge contre des comportements marketing énervants) (dernièrement sur le "nutriwashing" de Nutella, par exemple) (et je poste des nouvelles d'#HiverLeChat, cette star des Internets) (et de jolis paysages) (et des trucs drôles aussi) (enfin  plein de choses, quoi).

Mais comme je suis une petite maline (et surtout une grande paresseuse car j'avais passé mine de rien 1 heure 30 à la créer de mon téléphone mobile 😓), je l'ai récupérée (non sans mal car c'était la première fois que j'essayais) pour pouvoir la poster ici également. De manière PERENNE. J'ai réussi, youhou.

Du coup les photos ne sont pas toujours terribles, le texte est écrit dans le feu de l'action, mais au moins vous allez avoir un bel aperçu de ce qui vous attend chez Sephora entre mars et juin.

(tu peux bien sûr passer en plein écran en cliquant en bas à droite)

N'hésitez pas à me poser des questions en commentaire car le contenu de la vidéo est assez succinct, j'essaierai de vous y répondre avec les infos que j'ai pu récupérer et/ou celles des dossiers de presse.

Ça vous plaît ce petit format ? (non je ne ferai pas de vraies vidéos sur Youtube, il faudra vous contenter de ce type de diaporama exporté d'Instagram :))
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 13 février 2018

2 TRES BONS BAUMES A LEVRES D'HIVER

J'applique des baumes à lèvres tout au long de l'année. Été comme hiver. Oui j'ai la muqueuse labiale très sensible. Pas vous ?

Habituellement je privilégie les formules plutôt naturelles, en évitant la paraffine / vaseline ou les cires synthétiques qui ne sont pas toujours utiles, si possible en version légèrement teintée pour pimper un peu mes lèvres (mes chouchous : celui de Lavera en rouge grenade et le Touch Berry de Khiel's), mais l'hiver, parfois, ça ne suffit pas.

Et là je viens d'en découvrir 2 coup sur coup super-canons pour les frimas de saison : le Lip & Body Balm de Paula's Choice et le Baume Lèvres Cold Cream Nutrition Intense de Avène.


J'ai voulu essayer le premier suite à un article de Mon Blog de Fille qui en a fait une revue dithyrambique (celui qui arrive à écrire correctement ce mot du 1er coup a toute mon estime). Il est tellement dense que c'en est assez étonnant à la première utilisation et c'est une matière très... j'ai un peu de mal à l'expliquer... c'est gras mais assez sec en même temps, enfin non pas sec mais très cireux, pas du tout collant, pas trop brillant - mais un peu quand même... Bref, quoiqu'il en soit, ça te fait une couche isolante et réparatrice très performante alors que le principal ingrédient n'est pas de l'huile minérale mais de l'huile de ricin ("castor oil" en anglais et non, ce n'est pas de l'huile de castor, le ricin est une plante - this is a "faux-ami" comme dirait la prof d'anglais de 5ème B). Il y a aussi en complément de la paraffine, huile minérale nécessaire quand la muqueuse est vraiment abimée (tiraillements douloureux, petites peaux mortes, gerçures, petites plaies...), du beurre de karité, de l'huile de germe de blé, du bisabolol apaisant...Il a un format hyper généreux pour du soin lèvres (14.17 g soit un peu plus de 15 ml si mon calcul de densité est bon), parce qu'il peut aussi s’utiliser sur les zones très sèches et rugueuses du corps (les coudes, les genoux, les pieds, le nez quand on se mouche trop...).

J'ai reçu le second chez moi il y a quelques jours. Il est un moins dense, plus onctueux, plus enveloppant, mais quand même sans effet collant. Très agréable à appliquer. Lui aussi est composé d'un mélange végétal / synthétique (huiles de ricin et jojoba, beurre de karité, bisabolol, paraffine.... oui ça ressemble au premier !) (plus de l'eau thermale d'Avène - certainement très peu vu que la formule est quasi 100% grasse, et du sucrafalte très efficace pour aider à cicatriser) et lui aussi fait très bien le job sur les lèvres en souffrance. Et même si ce n'est pas indiqué sur le mode d'emploi, vous pouvez tout à fait à l'occasion le détourner pour soulager une petite zone du corps.

Ces 2 produits sont conditionnés en pots donc à appliquer avec doigts PROPRES (pas dans le métro). Moi je les garde chez moi (et au bureau mais mon bureau c'est chez moi :)) et pour les retouches à l'extérieur, en ce moment, j'ai dans mon sac le Khiel's en stick (que toutes les blogueuses adorent, elles me font la remarque à chaque fois que je le sors).

Et voilà pour ces 2 baumes à lèvres testés ET approuvés en temps de neige et températures négatives !

Je précise en toute transparence que Paula's Choice est l'un de mes clients depuis quelques mois, pas pour le blog où je n'ai aucune obligation d'en parler, mais dans ma réelle activité professionnelle (mes clients et ex-clients sont listés ici pour info).

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 12 février 2018

5 MASSAGES PARISIENS POUR FEMMES ENCEINTES

Tout d'abord, je tiens à préciser que ce blog ne se transformera pas en blog maman / bébé, mais comme il reflète aussi les expériences beauté et bien-être que je teste, forcément, en ce moment... 😊


Ensuite, précisons aussi que autant je n'ai presque rien changé à ma routine de soin (je vous en reparlerai bientôt), autant sur les massages, j'ai été prudente, car il faut choisir des endroits où l'on SAIT manipuler les femmes pendant la grossesse. D'ailleurs, si vous êtes enceinte, même juste de quelques jours, il faut le dire, car il peut y avoir des risques (lesquels, j'avoue que je ne sais pas trop, mais il parait par exemple que certains points d’acupuncture peuvent provoquer une fausse couche les premiers mois (??) et certaines manipulations un accouchement précipité les dernières semaines). La personne qui vous massera saura en tenir compte (vérifiez quand même qu'elle a bien été formée pour) ou vous orientera ailleurs.

Je suis à 5 semaines de la "délivrance" (cette expression.... 😅) (ceci dit je commence à la comprendre... 😀) et cela fait un bon mois que j'ai envie, besoin même, de me reconnecter avec mon corps - ce que je n'ai pas pris le temps de faire avant, ayant eu les 3 premiers quarts de ma de grossesse relativement agités (je suis freelance, je n'ai pas de congé maternité, j'ai dû travailler plus pour économiser plus et me permettre de prendre vraiment le temps tranquillou avec le petit une fois qu'il sera là).

C'est d'abord mon amie Fleur, réflexologue, shiatsu-logue et je-ne-sais-quoi-d'autre-logue, qui s'est occupée de moi. Je vous reparlerai d'elle dans un post dédié, elle est vraiment très bien - en toute objectivité, oui 💖. 

Et puis j'ai demandé à ma "communauté" (c'est vous !) quels étaient les meilleurs endroits de Paris pour se faire masser enceinte. 

Voici le Top 5 de vos recommandations.

LE SPA LANQI
Avenue de Saxe dans le 15ème, droit devant la Tour Eiffel.
Je vous en ai déjà parlé, c'est mon salon de massage préféré à Paris. J'hésitais un peu à y aller car les masseuses sont toutes formées à la Médecine Traditionnelle Chinoise, c'est à dire avec une approche plus "thérapeutique" que simplement relaxante, qu'elles savent s'attarder précisément sur les nœuds qui coincent et que ça peut être parfois un peu douloureux avant d'en ressentir les bienfaits, et que ce n'était pas forcément ce dont j'avais envie à ce moment-là. J'ai ensuite appris qu'ils prenaient soin d'environ 150 femmes enceintes par mois sur leurs 3 instituts/spas, qu'ils avaient donc parfaitement l'habitude, et j'y suis allée, un jour de neige.
On vous masse en partie sur le côté, c'est un peu étrange mais comme bien sûr vous ne pouvez plus vous mettre sur le ventre, tout à fait normal. Les manœuvres sont très différentes des habituelles, ce sont plutôt des petits frottements du dos, pour le réchauffer, soulager des tensions musculaires au niveau des reins, puis des manœuvres drainantes-mais-pas-trop sur les jambes pour relancer un peu la circulation, un rapide passage sur les bras, le visage, le crâne, et voilà, tout en douceur, pendant 1 heure, et vous vous sentez bien. Lanqi, la créatrice des lieux, m'a conseillé de revenir une dizaine de jours avant le terme pour bénéficier d'un massage qui "favorisera un accouchement rapide et facile".

L'ESPACE WELEDA
Avenue Franklin Roosevelt, à côté des Champs Elysées.
J'ai déjà été dans ce centre et il est de notoriété publique que leurs massages pour femmes enceintes sont parmi les meilleurs. C'est une marque minimaliste et Bio, donc si vous avez tendance à vous inquiéter de ce que l'on vous applique sur le corps en cette période particulière, vous pouvez y aller les yeux fermés. Il font aussi des ateliers pour apprendre à masser les bébés, je crois que je vais m'en offrir un le temps venu.

LE SPA CLARINS
Au Royal Monceau, avenue Hoche, près des Champs Elysée.
Je n'y ai jamais mis les pieds mais j'ai eu des échos très positifs de copines blogueuses qui y sont allées, enceintes ou non (oui, elles avaient été en général invitées par la marque, mais quand on parle entre nous il n'y a vraiment aucune raison de remettre en doute leur sincérité). La version luxe du massage pendant la grossesse.

LAURENCE NENOT
A l'Espace Thera, près des grands magasins Haussmann.
C'est une masseuse spécialisée sur la grossesse dont je n'avais jamais entendu parler mais qui est revenue 3 fois avec enthousiasme dans vos suggestions. Elle a conçu des méthodes de massage pour femmes enceintes et bébés inspirées des médecines traditionnelles chinoises et indiennes et autres pratiques comme l’ostéopathie crânienne, la kinésithérapie, la balnéothérapie...

LE 32 MONTORGUEIL - SPA NUXE
Rue Montorgeuil, près des Halles dans l'hyper-centre de Paris.
C’est un endroit que j'aime beaucoup, surtout quand on a la chance d'avoir l'une des cabines aménagées dans les caves voutées multicentenaires. J'y avais été au début de ma grossesse pour un soin du visage super-luxe (Soin Holistique Sublimateur de Jeunesse, 1h30, 225€, réalisé avec leur nouvelle gamme über-précieuse de soins visage 32 Montorgeuil, 4 produits de 80 à 195€ - non, non, on ne se refuse rien quand on est invité 😉), et je vais y retourner dans 15 jours (si Dieu le bébé le veut) pour LE massage que je rêve d'essayer (même s'il me fait un peu flipper) depuis des années : le Watsu (shiatsu dans l'eau). C'est un massage où il faut vraiment savoir lâcher prise, tant physiquement que mentalement, et il paraît qu'il peut faire ressortir tout un tas d'émotions - plus encore pendant la grossesse. J'ai hâte (mais je flippe un peu) (mais j'ai hâte). Je vous en reparlerai quand je l'aurai fait.

N'hésitez pas à compléter cette liste en commentaire avec vos bonnes adresses de massages pour femmes enceintes à Paris, en province et pourquoi pas ailleurs dans le Monde !

Rendez-vous sur Hellocoton !